Ophiucus l’indésirable

EXPOSITIONS, Les Articles, Oeuvres, Peintures

Le Serpentaire ou Ophiucus (du grec ὄφις, serpent, et ἔχειν, tenir) n’a pas bonne réputation, et cela dure. Situé entre le Scorpion et la Balance sa constellation n’est pourtant pas la moindre du plan de l’écliptique. Le soleil la traverse durant 18 jours, du 29 novembre au 18 décembre. C’est presque autant que la Balance ou le Cancer (21 jours) et beaucoup plus que le Scorpion (8 jours).

Probablement est-il victime d’inavouables superstitions. Son commerce avec le serpent ne le sert pas beaucoup. Il tient la tête de ce dernier dans la main droite et sa queue dans la gauche. Il l’emporte avec lui, haut dans le ciel, comme un sceptre vivant qui nécessite à chaque instant qu’on le maîtrise. Mais comment ne pas les soupçonner de s’accorder entre eux ? La signification ésotérique du Serpentaire est certainement la plus limpide des signes du zodiaque.

Émérite, pourtant, il l’est, lorsqu’il désempoisonne du serpent et relève les morts, mais tant de pouvoirs ne l’auront pas sauvé de la méfiance. Quelques vertus ambivalentes auraient mieux convenues. Et c’est à croire qu’il en faut peu pour espérer gagner sa place parmi les astres et influer normalement sur les destinés humaines.

Puisqu’il en fallait un, il eut, très certainement, la malchance d’être le treizième, désigné pour ne plus compter. Relégué, malgré l’étendue de sa constellation, à passer éternellement son tour. Mais cette absence si éclatante, ou cette présence si invisible, finissent par lui aller. « L’ésotérisme, par nature, ne peut être vulgarisé, il cesserait d’être ésotérisme, tout comme l’eau de mer adoucie cesse d’être de l’eau de mer« (1).

Peut-être serait-il prudent de lui rendre hommage. Et puisque dans « zodiaque » il y a zôon, « vivant », saluons tendrement, avant qu’il ne soit trop tard, cette figure si importante mais délaissée, dont aujourd’hui peu de personnes se revendiquent. Elle ne peut pas être moins influente que toutes les autres figures : Bélier, Verseau, Poisson ou Capricorne. Elle l’est différemment.

Alors invitons le Serpentaire, et il apparaîtra.

AMP

Montage réalisé à partir des oeuvres de l’exposition « Le Zodiaque au Serpentaire » de Zuleika Bladsczyck-Radziwill

 

« Aux arguments des astrologues répondaient les réfutations des sceptiques : les individus morts ensemble dans le même bateau ont-ils le même horoscope de naissance ou la même configuration astrale ? Comment expliquer que les jumeaux ou que les personnes nées à un moment identique aient des destinées distinctes ? Devant un horoscope, l’astrologue est-il capable de déterminer si le sujet est un roi ou un âne ? »

 

(1) Pierre A. Riffard « L’ésotérisme », Robert Laffont